À la recherche de l’or du temps

Quand une bande dessinée s’ouvre par une épigraphe d’André Breton, le pape du surréalisme, on peut se dire, au premier abord, qu’on s’apprête à vivre une belle expérience visuelle et psychique.

Je peux le confirmer, maintenant que j’ai fini le premier tome de l’or du temps, la nouvelle série de Rodolphe et Oriol. C’est graphiquement superbe !

© Saâd Kadhi. All rights reserved.

Oriol, dessinateur catalan, déjà connu du public francophone grâce à « La peau de l’ours », « Natures mortes » ou encore « Les 3 fruits », dont Zidrou a écrit les scénarios, dessine tel un peintre. Et quel peintre ! Son sens de la composition et son art de la couleur sont tout simplement stupéfiants ! J’apprécie beaucoup aussi cette touche de mystère dont il drape ses personnages, aux traits légèrement diffus, incertains.

Léger bémol qui gâche un tantinet le plaisir que j’ai éprouvé à dévorer des yeux le travail d’Oriol, le scénario de Rodolphe, qu’il est inutile de présenter vu son œuvre prolifique (citons, entre autres, Kenya ou Trent, en collaboration avec Leo), est un peu trop convenu à mon goût.

De quoi s’agit-il donc ? D’une enquête, menée tambour battant par Théo, un bourgeois gentilhomme, après que des lettres traduites par notre protagoniste, ayant appartenant à Bernardino Drovetti, un collectionneur d’antiquités, diplomate et homme politique ayant réellement existé, furent subtilisées par des aigrefins du bureau de Hugo de Reuhman, richissime ami de Théo.

Pourquoi voler des lettres a priori sans grande valeur ? Comportent-elles des informations essentielles sur les ventes de sa collection de trésors archéologiques qu’il trouva en Égypte ? Et qui est le mystérieux et très étrange personnage qui s’introduit au Louvre, dans une salle comportant des pièces de la collection de Drovetti ?

Cette première partie, dans laquelle nous croisons Marcel Proust, Oscar Wilde, Le Comte de Montesquiou, parmi d’autres artistes, pose plus de questions qu’elle n’y répond. La fin est particulièrement délectable. Rodolphe ferme la boucle ouverte avec le rêve évoqué tout au début par Théo lors d’une soirée mondaine pour en ouvrir une autre, laissant le lecteur à l’appétit bien ouvert sur sa faim après cette belle mise en bouche. Vite s’il vous plaît garçons ! La suite !

Published by Saâd Kadhi

Archeofuturist & retromodernist with a knack for individualistic altruism

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: